fbpx

L’industrie forestière

Les forêts gérées durablement sont à la fois écologiquement appropriées, socialement souhaitables et économiquement réalisables.

Les forêts en tant que vaste ressource

Les forêts couvrent plus de 30% de la surface terrestre. L’Europe compte plus de 1.000 millions d’hectares de forêt, répartis sur 44 pays (Russie incluse).

La croissance des forêts européennes

Les forêts européennes font partie de celles qui sont gérées de la manière la plus active au monde. En Europe, la croissance annuelle des forêts est de 661.000 hectares, la croissance surpasse donc l’exploitation. Les forêts remplissent de nombreuses fonctions. Elles contribuent notamment à l’amélioration du paysage et favorisent l’économie locale. Elles permettent la conservation de la nature et la préservation de la biodiversité. De même, elles stimulent les activités de plein air, le stockage du CO2 et l’exploitation commerciale du bois.

La gestion durable des forêts

Plus de 80% des forêts européennes sont déjà gérées sur la base de plans de gestion écrits ou de directives pour une gestion durable des forêts. La gestion des forêts européennes évolue vers des méthodes qui favorisent les processus naturels et créent des structures forestières authentiques, appropriées d’un point de vue écologique, favorables d’un point de vue social et viables d’un point de vue économique.

Un incitant économique

En exploitant les arbres arrivant à maturité, tout le carbone emmagasiné est séquestré durant toute la durée de vie des produits manufacturés à partir du bois de ces arbres. Dans le même temps, l’industrie est incitée à replanter de nouveaux arbres. Une utilisation accrue du bois crée une valeur marchande pour les forêts. L’industrie forestière reconnaît pleinement que son avenir est totalement lié à la protection et à l’extension des forêts.

Témoignage

Wim Van Den Bossche & Bram De Bruycker • Jonckheere Wood

wimenbramtvu

L’architecte Bram De Bruycker a lancé un bureau d’études en 1999, qui s’est très rapidement consacré aux constructions basse énergie et, à partir de 2003, aux maisons passives. L’intérêt s’est tout naturellement porté sur l’ossature bois. Depuis 2010, le bureau d’études est totalement intégré au sein de Jonckheere.Wood, de sorte que les activités ont été élargies à la R&D et également aux applications de la construction en bois à plus grande échelle, comme les écoles, les maisons de repos, les hôtels etc.

Wim Van Den Bossche a travaillé pendant un certain temps dans le secteur financier et est alors passé au secteur de la construction (portes et fenêtres). Il y a un an et demi environ, il a opté pour le secteur du bois, un matériau d’avenir selon lui.

“Opter pour le bois, c’est opter pour l’environnement et… ménager son portefeuille”

Bram De Bruycker : Au début de ma carrière professionnelle, j’avais une opinion sans parti pris sur tous les matériaux et techniques de construction. Dès que j’ai commencé à me consacrer aux habitations basse énergie et passives, j’ai cependant développé une véritable passion pour le bois en tant que matériau de construction. C’était, d’une certaine façon, un retour à mes racines. J’ai été élevé de façon végétarienne par des parents qui avaient une énorme conscience écologique et avaient une attitude anthroposophique dans la vie. J’ai donc les matériaux naturels, et surtout le bois, dans le sang.
Matériau contemporain
Wim Van Den Bossche : Le bois gagne en importance comme matériau de construction tout à fait contemporain. Le temps des écolos barbus est révolu depuis longtemps. L’ossature bois s’intègre parfaitement dans la recherche de durabilité, mais elle est également bien rentable d’un point de vue économique. Le marché est mûr pour des solutions efficaces avec une plus-value tant pour le producteur, le placeur que le consommateur.

Bram De Bruycker : Chez Jonckheere.Wood, nous sommes dès lors continuellement à la recherche de solutions de substitution et d’améliorations pour tous les aspects de l’ossature bois. Nous voulons à chaque fois réaliser une valeur ajoutée, grosso modo en finalisant complètement une paroi ou un élément de toiture en bois dans l’atelier, y compris les finitions intérieures et extérieures, l’intégration de la menuiserie extérieure, l’isolation, l’étanchéité à l’air. Bref, nous voulons livrer un kit prêt pour l’assemblage sur le chantier. L’entrepreneur peut alors se concentrer sur la commercialisation de la méthode de construction et ne doit plus que placer les éléments.

Casse-tête

breinbrekerWim Van Den Bossche : Katrien, une collaboratrice du service des offres, a imaginé un casse-tête en bois. Il symbolise joliment ce que représente Jonckheere.Wood. Des clients avec des plans pour une construction en bois frappent à la porte de l’entreprise. Nous étudions les plans, réfléchissons à une solution, la produisons et l’assemblons. Notre ligne de fond, c’est ‘expert in wood structures’ et pour concevoir quelque chose de ce type, il faut une expertise considérable. Sur la base d’éléments simples, nous réalisons un ensemble qui s’assemble parfaitement du point de vue technique.

Qui opte pour le bois, opte pour l’environnement et les forêts, pour l’avenir, pour une économie durable et pour la créativité. Opter pour le bois, c’est faire un choix durable à court et à long terme, car le bois est source d’oxygène.


Témoignage

Jim Frazier • Norbord

jimfraziertvuJim Frazier grandit en Louisiane (USA), un Etat couvert de forêts, où pratiquement chaque ville a sa propre scierie qui stimule l’économie locale. Enfant, il voit son père tailler des appeaux en bois. Durant une dizaine d’années, il fabrique des meubles en bois, mais décide finalement de travailler pour l’industrie du bois. Lorsqu’il arrive en Belgique pour le compte de Norbord, c’est un choc culturel, mais également une révélation. Jim Frazier est aujourd’hui un fervent défenseur de la vision européenne de la durabilité et du rôle que le bois y joue. Chez Norbord, nous sommes particulièrement fiers de notre produit à base de bois Le bois est renouvelable, économe en énergie, isolant et en plus, c’est un réservoir de CO2. Ce qui le rend unique comme matériau de construction. Chez Norbord, nous sommes dès lors particulièrement fiers de notre produit. Les propriétés durables des panneaux nous inspirent en tant qu’entreprise pour produire de la manière la plus durable possible. Norbord a, par exemple, été la première entreprise en Flandre à établir un plan de gestion des odeurs. En effet notre fabrique se situe à proximité d’un quartier résidentiel et lors du séchage de la matière première, les résines de bois engendrent quelques nuisances olfactives, bien qu’elles soient totalement inoffensives.

Production efficace

A Genk, nous produisons des panneaux OSB en utilisant principalement du bois d’éclaircie, durable, provenant d’arbres plantés et à croissance rapide, proches de l’entreprise – afin de limiter le transport. De cette manière, nous contribuons d’emblée également à des forêts en bonne santé et à une bonne biodiversité. De même, nos débouchés sont proches : le secteur de la construction et l’industrie de l’emballage dans le Benelux et en l’Allemagne. Aux Etats-Unis, l’OSB a totalement conquis le marché du contre-plaqué, parce que c’est la manière la plus efficace d’utiliser le bois pour la production de panneaux. En outre, l’OSB bénéficie d’une longue durée de vie, il est solide par rapport à son poids, résistant à l’eau etc. C’est tout simplement un excellent produit.

Devancer la législation

A l’exception de l’écorce, nous pouvons entièrement transformer notre matière première en OSB. Nous vendons l’écorce pour l’aménagement des jardins. Norbord dispose d’une centrale biomasse, dans laquelle les résidus de bois et le petit bois sont valorisés en tant que source de chaleur pour le séchage des lamelles de bois. A l’avenir, nous pourrons éventuellement encore utiliser un quart du rendement énergétique pour la production d’électricité. Autrement dit, rien ne se perd. Cette année, nous prenons aussi l’initiative de déterminer notre empreinte écologique. Nous souhaitons naturellement la limiter le plus possible de manière proactive afin d’anticiper les normes légales qui nous attendent.

Le bois ets avant tout une matière première jimfrazierinzetje

Selon moi, le bois en tant que matière première a un avenir très prometteur. Avec l’accent sur ‘matière première’, car je me fais tout de même du souci à propos de la politique de subsides pour la combustion de bois dans de grandes centrales énergétiques. Seuls les déchets de bois non recyclables devraient être utilisés comme source d’énergie. Il faut utiliser le matériau le plus durablement possible et pour le plus d’applications possibles. C’est pourquoi il importe que les pouvoirs publics ne fassent pas grimper le prix de la matière première en octroyant des subsides, même si cela part d’une bonne intention. Si nous brûlons tout le bois dans des centrales énergétiques, cela prendra de trente à cinquante ans avant que ce processus soit neutre en CO2, simplement parce que cette approche réduit considérablement la durée de vie du bois.

Qui opte pour le bois, opte pour l’environnement et les forêts, pour l’avenir, pour une économie durable et pour la créativité. Opter pour le bois, c’est faire un choix durable à court et à long terme, car le bois est source d’oxygène.


Témoignage

Frank Meire • Unilin

franktvuFrank Meire est ingénieur civil en mécanique avec un post-graduat en sécurité et environnement. Ces deux aspects constituent le fil rouge tout au long de sa carrière professionnelle. Dans les années 90, il fut par exemple un des premiers coordinateurs environnementaux en Flandre et il a ensuite participé à la définition de la politique de durabilité dans une entreprise d’alimentation. En tant que Chief Sustainability Officer chez Unilin, il a aujourd’hui encore la durabilité comme cheval de bataille. Selon lui, à cet égard, un rôle majeur est réservé au bois comme matériau de construction.

Les applications innovantes en bois signifient un changement pour l’avenir de la planète et de l’économie“

Aujourd’hui, Unilin est une entreprise de la transformation du bois, mais au fond, ses racines se situent au début des années 60 dans la culture du lin. A cette époque, quelques producteurs de lin cherchaient une application pour les étoupes. Unilin a pressé ces résidus en panneaux pour une utilisation dans le secteur de la construction. Lorsque la production de lin a fortement diminué en Flandre occidentale à partir des années 70, l’entreprise a également commencé à transformer le bois. L’invention du système clic unique pour le laminé a annoncé une croissance internationale remarquable pour Unilin. Le bois a ainsi donné une bouffée d’oxygène à l’avenir d’une entreprise qui avait, un jour, commencé avec le lin comme matière première. L’entreprise a toujours su préserver sa ligne de conduite : no nonsense, pragmatisme, enthousiasme, entreprenariat…

Durabilité avant la lettre

Vous pouvez dire que dans les années 60, bien avant qu’il ne soit question de matières premières plus rares ou de changement climatique, Unilin était déjà une entreprise de recyclage avec un produit vert. L’utilisation et la réutilisation de matières premières naturelles sont aujourd’hui encore dans nos gènes. Rien ne se perd lors de la production. En premier lieu, nous utilisons les résidus de bois pour les transformer en panneaux de particules. Ce qui ne peut plus être transformé en produit, nous le valorisons comme combustible. La poussière de bois qui reste après le fraisage lors de la production de laminé nous fournit ainsi toute la chaleur dont nous avons besoin pour notre fabrique de QuickStep.

Nature’s choice

Le bois offre en tant que matériau de construction des avantages absolument uniques. Il est facile à façonner, à manipuler et à transporter. Il est léger et solide. La construction d’un bâtiment en bois nécessite en outre nettement moins d’énergie que lorsqu’on utilise de l’acier ou de la pierre. C’est pourquoi les Anglais appellent le bois ‘nature’s choice’, soit le matériau de construction le plus évident. Nous en sommes bien conscients et ce récit correspond parfaitement à notre philosophie, qui pose comme principe que rien ne peut être perdu. L’innovation est aussi un mot clé dans notre culture d’entreprise. Celui qui suit un peu le secteur de la construction, voit toujours plus de concepts polyvalents, efficaces et innovants à base de bois. C’est là où, selon moi, se trouve également l’avenir de la recherche de durabilité : à l’aide de produits et d’applications innovants, atteindre des solutions économiquement rentables et écologiquement intéressantes.

L’utilisation du bois favorise la sylviculture

Dans nos fabriques européennes, nous transformons du bois originaire de France, des Pays-Bas et de Belgique. Ces pays, avec l’Angleterre, fournissent également du bois de recyclage. Nos panneaux de particules se composent en effet pour 50% de bois de recyclage. Nous contribuons ainsi à atténuer les émissions de CO2, en réutilisant le résidu de bois. Tout notre bois provient de la sylviculture durable. Logique : en tant qu’entreprise de la transformation du bois, nous devons assurer l’approvisionnement des matières premières et pour cela, la gestion des forêts existantes et la plantation de nouvelles forêts sont nécessaires. De nouveau, ce pragmatisme. En outre, Unilin transforme presqu’uniquement du bois élagué. Il se prête parfaitement à nos objectifs de production. L’enlèvement du bois élagué a, à son tour, un impact positif sur la forêt : les arbres ont plus d’espace pour croître – et pour absorber le CO2.

Wake-up call

Sur la photo, je tiens un livre de James Martin dans ma main : ‘The meaning of the 21st century’. Martin est un professeur visionnaire et renommé de l’Université d’Oxford. Dans ce livre, il esquisse de possibles scénarios d’avenir sur la base des tendances qui se dessinent déjà maintenant (comme le réchauffement de la terre, renforcé par l’explosion démographique). Ce livre est un ‘wake-up call’. Il nous incite à modifier notre comportement à l’aide d’actions structurelles, mais surtout en faisant également d’autres choix, par exemple celui du bois en tant que matériau de construction. L’utilisation du bois, liée à une gestion durable des forêts, aide à freiner les émissions de CO2. ‘We fix the problem’.

Qui opte pour le bois, opte pour l’environnement et les forêts, pour l’avenir, pour une économie durable et pour la créativité. Opter pour le bois, c’est faire un choix durable à court et à long terme, car le bois est source d’oxygène.